manif-mineurs-oc-61-62

Manifestation des mineurs oc 1961-62

Lo tèxte d’aquèla cançon faguèt escrich per Joan Bodon (1920-1975, escrivan plan renommat dins la literatura occitana), qualques temps aprèp la cauma de 1961-62. Mans de Breish, musician e cantaire occitan, la metèt en musica e n’en faguèt l’enregistrament.


Dempuèi, mai d’un cantaire l’interpretèt. Per exemple, en l’an 2000, los escolans de l’escòla publica del Salhenc, a la Sala, per fargar lo compacte- disque « Chants de Mines ! », jos la direccion de Hubert Turjman.
Aquela cançon viu totjorn, quand se fa una festa, un concèrt o un espectacle… coma un omenatge als minaires del Bacin que nos an daissat una polida leiçon de lucha par la justicia sociala.

Gérard Pertus

 

 

Le texte de cette chanson fut écrit par Jean Boudou, (écrivain fort renommé dans la littérature occitane), quelques temps après la grève de 1961-62. Mans de Breish (Gérard Prodhomme) musicien et chanteur occitan, l’a mise en musique et en a fait l’enregistrement.
Depuis, plus d’un chanteur l’a interprétée. Par exemple, en l’an 2000, les écoliers de l’école publique du Sailhenc, à Decazeville, pour faire le compact-disque « Chants de Mine ! », sous la direction d’Hubert Turjman.
Cette chanson vit toujours, à l’occasion d’une fête, d’un concert ou d’un spectacle… comme un hommage aux mineurs du Bassin qui nous ont laissé une belle leçon de lutte pour la justice sociale.


Los carbonièrs de la Sala
Occitans sens lo saber
Cantan l’Internacionala
La cançon dèl desèsper.
Del punh sarrat que se lèva
Saludèm l’acordéon
Cal comprend la nòstra grèva*
Jaurés ès al Panteon.
Luchas grandas d’un còp èra
La policia dins Aubinh
Per saquejar la misèria
Quand trigossèran Watrin.
La plegarem pas l’esquina
Ajudas-nos, paisans
Volem gardar nòstra mina
Lo pan de nòstres enfants.
Cantem l’Internacionala
La cançon de nòstre espèr
Los carbonièrs de La Sala
Nos an mostrat lo dever.

* grèva deus carbonièrs de La Sala en 1962
Paraulas de Joan Bodon
Musica de Mans de Breish


Les mineurs de decazeville
Occitans sans le savoir
Chantent l’Internationale
La chanson du désespoir
Du poing serré qui se lève
Ils saluent l’accordéon
Qui comprend notre grève* ?
Jaurès est au Panthéon
Grandes luttes d’autrefois
La police dans Aubin
Pour maltraiter la misère
Quand ils ont défenestré Watrin
Nous ne plierons pas l’échine
Aidez-nous, paysans
Nous voulons garder notre mine
Le pain de nos enfants
Chantons l’Internationale
La chanson de notre espoir.
Les mineurs de Decazeville
Nous ont montré notre devoir
*grève des mineurs de Decazeville en 1962

Les Cahiers

Il n’y a aucun commentaire.

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  
Please enter an e-mail address

12 Partages
Partagez11
Tweetez
Partagez
+11