La Cançon de la Valòia

La Tintin del molin

 

Aqui una cançon de molinièr. I avia fòrça molins tot al long dels rius et tanben de la rivièra. Los molinièrs eran de personnas plan importantes. Lo monde lors portava de praticas particulièras : se serian metut de costat una part de la farina, que fasai passar per un trauc de la mòla que s’apela « l’ifèrn » ! D’aco venia lo bruch del molin quand tornava : « rauba, rauba ! »
Dins la cançon que seguissa, lo molinièr  a pas rauba de farina mas s’es plan tracha, de son biais, de la jove damaisèla que venguèt a son molin per far moldre… e que s’en torna, semblaria, plan contente !
Le tin-tin du moulin

Gérard Pertus

Voici une chanson de meunier. Il y avait beaucoup de moulins tout au long des ruisseaux et aussi de la rivière. Les meuniers étaient des personnages très importants. Les gens leurs prêtaient des pratiques particulières : ils se seraient mis de côté une part de la farine, qu’ils faisaient passer par un trou de la meule qui s’appelait « l’enfer » ! De là venait le bruit du moulin quand il tournait : « vole, vole ! »
Dans la chanson qui suit, le meunier n’a pas volé de farine mais il s’est bien occupé, à sa façon, de la jeune demoiselle qui est venue à son moulin pour faire moudre… et qui s’en revient, semble-t-il bien contente !  

Ont vos anatz filheta que sètz tant del matin ?
– Ièu m’en vau far farina al vòstre bèl molin.

Repic :
Tin-tan ladira tintena, tintan ladiran tintan.

Ò la polida grana que fa vòstre jardin.
Lo temps que se molina, m’asseti se vos plai.

La bèla es endormida al tin-tin del molin.
– Revelhas-vos la bèla que vòstre sac es plein.

Ò la doça farine que fa vòstre molin,
N’ajessi qu’una grana la viendriái moldre aici !

Où allez-vous fillette qui êtes si matinale ?
– Je viens faire de la farine à votre grand moulin.

Refrain :
Tin-tan ladira tintena, tin-tan ladiran tintan !

Oh la jolie graine que fait votre jardin.
Le temps qu’on va la moudre, je m’assois s’il vous plaît.

La belle s’est endormie au tin-tin du moulin.
– Réveillez-vous fillette car votre sac est plein.

Oh la douce farine que fait votre moulin.
N’aurais-je qu’une graine, je viendrais la faire moudre ici !

Les Cahiers

Il n’y a aucun commentaire.

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  
Please enter an e-mail address

8 Partages
Partagez8
Tweetez
Partagez
+1